Yoko Ono: Half A Wind Show. Rètrospective

YOKO ONO
HALF-A-WIND SHOW.
RÈTROSPECTIVE

14 mars, 2014 - 4 septembre, 2014

DÉCOUVREZ-LA

Exposition parrainée par

Yoko Ono: Half A Wind Show. Rètrospective
L’EXPOSITION

Avec près de 200 œuvres réparties dans plusieurs sections thématiques, qui incluent des installations, des objets, des films, des dessins, des photos, textes, audios et documentation sur des performances réalisées dans le passé, la rétrospective Yoko Ono. Half-A-Wind Show. Rétrospective nous propose une vision complète de la production multiple de cette artiste pionnière de l’art conceptuel et de la performance. Ici, ce sont les idées, et non le matériel, qui priment. Plusieurs de ces idées sont poétiques, absurdes et utopiques, d’autres au contraire, sont précises et réalisables. Certaines se convertissent en objets, alors que d’autres demeurent immatérielles. L’ensemble de l’œuvre reflète souvent le sens de l’humour de l’artiste en même temps qu’une attitude critique et sociale bien marquée.

Le point de départ de la plupart des œuvres de Ono se trouve dans les Instructions, des consignes orales ou écrites que l’artiste donne au spectateur, en lui offrant diverses suggestions et en lui assignant un rôle beaucoup plus actif qu’habituellement dans le monde de l’art, une participation physique ou mentale sans laquelle certaines des pièces pourraient être considérées comme inachevées. En 1964, Yoko Ono publia le livre germinal Grapefruit (Pamplemousse), qui incorpore plusieurs de ces instructions.

L’exposition, organisée à l’occasion du quatre-vingtième anniversaire de Ono, commence par la présentation de certaines des œuvres les plus significatives des années 1960, parmi lesquelles ressortent ses premières performances, œuvres sur papier et objets. À cette époque, Ono se convertit en une personnalité marquante de l’avant-garde new-yorkaise et entretint des relations étroites avec des artistes comme le musicien John Cage, avec George Maciunas, fondateur du mouvement Fluxus, et avec le cinéaste Jonas Mekas. Les autres sections de l’exposition, qui survole toute sa carrière, sont consacrées à sa production cinématographique et musicale. Certaines de ces œuvres, inspirées de sa collaboration avec John Lennon, sont exposées à côté de projets plus récents, comme l’album qu’Ono enregistra avec Thurston Moore et Kim Gordon en 2012. La dernière section présente ses dernières installations et œuvres participatives, dont certaines créées spécialement pour cette rétrospective.

Yoko Ono: Half A Wind Show. Rètrospective
YOKO ONO
Tokyo (Japan), 1933

1933–1940 Yoko Ono naît à Tokyo le 18 février 1933. Elle se déplace avec sa famille à San Francisco, New York et Tokyo. Elle reçoit des cours de musique classique, principalement de piano et de chant.

1941–1951 En 1941, Yoko Ono retourne au Japon, où elle vit durant plusieurs années. Elle survit au bombardement qui dévaste Tokyo en mars 1945.

1951–1954 Yoko Ono est la première femme étudiante en philosophie à être admise à la Gakushūin University. Dans cette institution, elle découvre l’existentialisme, le marxisme et d’autres courants philosophiques, ainsi que les idées pacifistes. Elle abandonne l’université après deux semestres et s’installe avec sa famille à New York, où elle s’inscrit au Sarah Lawrence College, où elle se spécialise en composition et poésie contemporaine.

EN SAVOIR PLUS

Yoko Ono: Half A Wind Show. Rètrospective
YOKO ONO
Tokyo (Japan), 1933

1933–1940 Yoko Ono naît à Tokyo le 18 février 1933. Elle se déplace avec sa famille à San Francisco, New York et Tokyo. Elle reçoit des cours de musique classique, principalement de piano et de chant.

1941–1951 En 1941, Yoko Ono retourne au Japon, où elle vit durant plusieurs années. Elle survit au bombardement qui dévaste Tokyo en mars 1945.

1951–1954 Yoko Ono est la première femme étudiante en philosophie à être admise à l’Université Gakushūin. Dans cette institution, elle découvre l’existentialisme, le marxisme et d’autres courants philosophiques, ainsi que les idées pacifistes. Elle abandonne l’université après deux semestres et s’installe avec sa famille à New York, où elle s’inscrit au Sarah Lawrence College, où elle se spécialise en composition et poésie contemporaine

1955–1960 Elle quitte le Sarah Lawrence College. Elle fait la connaissance du compositeur d’avant-garde Toshi Ichiyanagi et vit avec lui à Manhattan. Elle rencontre John Cage et Morton Feldman, Richard Maxfield, David Tudor et Merce Cunningham. En 1959, Ono fait sa première apparition face à un public restreint et commence à se faire connaître comme artiste indépendante. Avec sa composition Œuvre qui s’enflamme (Lighting Piece, 1955) (interprétée pour la première fois en 1961), Ono se convertit en l’un des premiers artistes créateur de consignes (“event scores”).

1960/61 Yoko Ono loue un loft à Chambers Street (New York) où elle organise des événements et des concerts avec La Monte Young. Parmi ses invités, on remarque Marcel Duchamp, Peggy Guggenheim et George Maciunas. C’est dans ce contexte qu’elle présente ses Instructions pour Peintures (Instruction Paintings), qu’on retrouve aussi lors de sa première exposition individuelle à l’AG Gallery que Maciunas possède à New York.

1962 Yoko Ono retourne au Japon et vit à Tokyo jusqu’en 1964. Elle organise au Sogetsu Art Center son premier concert et sa première exposition individuels, et présente plusieurs de ses Intructions pour faire des tableaux (Instructions for Paintings). Au cours de cet événement, Ono apparaît dans une performance de John Cage et interprète d’autres œuvres avec ce dernier et David Tudor.

1963/64 Yoko Ono fait la connaissance d’Anthony Cox. Ils se marient et leur fille Kyoko Cox naît le 3 août 1963. Durant cette période, Nam June Paik arrive à Tokyo et participe à des performances avec Ono. En 1964, elle interprète Œuvre du Matin (Morning Piece), dans laquelle elle met en vente des matins du passé et du futur. Elle publie le livre artistique Pamplemousse (Grapefruit), qui contient certaines de ses Instructions. Ono interprète Œuvre découpe (Cut Piece) et Œuvre Sac (Bag Piece) au “Contemporary American Avant-Garde Music Concert: Insound and Instructure” de Kyoto. Durant l’hiver 1964–1965, Ono et Cox s’installent à New York, où Ono entreprend la création de plusieurs événements avec des cartes postales, par exemple Événement dessiner un cercle (Draw Circle Event).

1965 Présentation du concert intitulé “New Works of Yoko Ono” au Carnegie Recital Hall de New York. Ono participe à plusieurs événements de Fluxus et interprète Œuvre battement (Beat Piece) pour la première fois dans Perpetual Fluxfest presents Yoko Ono. Lors du deuxième concert intitulé “Fluxorchestra at Carnegie Recital Hall”, elle présente son Œuvre ciel pour Jésus-Christ (Sky Piece for Jesus Christ). On découvre ses premières “œuvres imaginaires”, qui ne se produisent que dans l’esprit des spectateurs.

1966–67 Yoko Ono interprète Événement de la chambre bleue (Blue Room Event) chez elle, puis à l’Everson Museum (Syracuse) et au MoMA de New York. Elle participe à diverses performances au Destruction in Art Symposium (DIAS) et présente une exposition individuelle à la galerie Indica de Londres, où elle fait la connaissance de John Lennon. En 1966–1967, Ono réalise la version long métrage du Film nº4 (Fesses) [Film No. 4. (Bottoms)]. D’abord censuré en Grande Bretagne, il sort en 1967. L’œuvre Événement d’enveloppement du lion (Lion Wrapping Event) est représentée à Trafalgar Square : Ono enveloppe la grande sculpture d’un lion avec du tissu. La Lisson Gallery inaugure sa célèbre exposition individuelle, Half-A-Wind Show.

1968 En plus des concerts, Yoko Ono et John Lennon créent leur première performance commune, Événement Gland (Acorn Event), et interprètent des œuvres antérieures d’Ono, comme Œuvre Sac (Bag Piece). Ils présentent leurs deux premières productions filmographiques communes, Deux vierges (Two virgins) et Film nº5 (Sourire) [(Film No. 5 (Smile)], à Chicago et mettent en vente leur premier album commun Unfinished Music No. 1: Two Virgins

1969 Yoko Ono et John Lennon se marient à Gibraltar le 20 mars. Leur film Viol (Rape) est présenté au cours du même mois. Au lieu de profiter de leur lune de miel, ils défendent la paix dans le monde en interprétant Au lit pour la paix (Bed-In for Peace) à l’hôtel Hilton d’Amsterdam. Pendant la présentation de la même performance à l’hôtel Queen Elizabeth de Montréal, ils enregistrent la chanson Give Peace a Chance. De grands panneaux publicitaires et des posters sont affichés dans douze villes du monde, sur lesquels on peut lire War Is Over ! (if you want it) [(La guerre est finie ! (si vous le voulez)]. Dans leur action Des glands pour la paix (Acorns for Peace), ils envoient des glands à 96 chefs d’État et personnalités politiques internationales, ainsi que des Appels à la paix (Peace-Phonecalls) à plusieurs chaines de radio.

1970/71 Yoko Ono réalise les films Liberté (Freedom) et Mouche (Fly). Apothéose (Apotheosis), Érection (Erection) et Imaginez (Imagine), produites en collaboration avec Lennon, sont projetés dans plusieurs festivals de cinéma. Yoko Ono présente la rétrospective This is Not Here à l’Everson Museum de Syracuse (New York). Lors de cette exposition, à laquelle collabore Maciunas, elle présente pour la première fois Événement eau (Water Event) et (Amaze), ainsi que plusieurs Distributeurs (Dispensers) dans lesquels les visiteurs introduisent des monnaies pour obtenir des capsules d’air, des glands et autres objets. Pour son “événement imaginaire” Musée d’art (du Pet) Moderne [Museum of Modern (F)art], Ono organise une exposition au Museum of Modern Art. L’exposition est annoncée dans les médias et un catalogue est publié.

1972–1975 Yoko Ono et John Lennon reçoivent le prix Positive Image of Women Award de la National Organization of Women pour leurs chansons Woman is the Nigger of the World et Sisters, O Sisters. Sortie du premier album pop de Yoko Ono, un double LP intitulé Approximately Infinite Universe. En 1972, elle expose à Documenta 5. Le fils de Lennon et Ono, Sean Tara, naît le 9 octobre 1975.

1976–1980 Yoko Ono, John Lennon et leur fils effectuent deux longs voyages au Japon. Le couple se retire progressivement de la vie publique. John Lennon est assassiné le 8 décembre 1980.

1981–1985 Présentation des vidéos Walking on Thin Ice et Goodbye Sadness, ainsi que plusieurs singles et les LP Season of Glass et It’s Alright (I see Rainbows). Ono reçoit le Grammy au meilleur album de l’année pour son dernier LP enregistré avec Lennon. Installation à Central Park (New York) du monument Champs de fraises (Strawberry Fields) créé par Ono en hommage à Lennon

1986–1989 En 1989, présentation de l’exposition individuelle Yoko Ono. Objects, Films, au Whitney Museum of American Art de New York. Lors de cet événement, on peut voir pour la première fois ses nouvelles sculptures en bronze. Présentation de l’exposition Yoko Ono : The Bronze Age dans plusieurs villes des États-Unis et d’Europe. L’un des commissaires est l’artiste et expert en Fluxus, Jon Hendricks, qui participera par la suite dans de nombreux projets d’Ono.

1990–1995 En 1990, l’exposition Yoko Ono : In Facing est organisée aux Riverside Studios. Elle est aussi présentée à la Biennale de Venise, qui a pour thème principal Fluxus. Première rétrospective cinématographique à l’American Federation of Arts de New York, qui voyage ensuite dans le monde entier. En 1992, mise en vente de la collection de CD Onobox, qui comprend de nouveaux enregistrements et des rééditions de compositions antérieures. Ono développe des concepts pour plusieurs événements publics, comme la grande installation Yoko Ono : A Celebration of Being Human à Langenhagen (Allemagne). Présentation du spectaculaire événement Yoko Ono : Lighting Piece dans un environnement urbain à Florence.

1996–1999 En 1995, sortie de son album remix Rising. Yoko Ono effectue une tournée à travers les États-Unis et l’Europe avec le groupe IMA de Sean Lennon. C’est l’une des premières artistes à participer à des expositions virtuelles sur Internet, comme l’exposition commune Internet 1996 World Exposition et l’exposition individuelle Yoko Ono : One Woman Show, présentées sur le site Internet du Los Angeles Museum of Contemporary Art. Elle continue de participer à des expositions physiques, comme Yoko Ono : Conceptual Photography au Fotografisk Center de Copenhague, Yoko Ono: En Trance - Ex It à Alicante et Valence (Espagne) et la rétrospective Yoko Ono: Have You Seen a Horizon Lately?, qui peut être visitée en Grande Bretagne, en Allemagne, en Finlande et en Israël.

2000–2004 YES Yoko Ono, la rétrospective la plus complète dédiée à l’artiste jusqu’à cette date, est exposée à la Japan Society de New York en l’an 2000 et voyage ensuite un peu partout en Amérique du Nord, en Corée et au Japon.

En 2003, Ono réinterprète Œuvre découpe (Cut Piece), à soixante-dix ans, à Paris. Elle participe à la Biennale de Liverpool .

2005–2009 Le remix Yes, I’m a Witch est mis en vente en 2007. Son œuvre Imagine Peace Tower est inaugurée à Reykjavik. En 2008, présentation de la rétrospective Yoko Ono : Between the Sky and My Head au Kunsthalle Bielefeld (Allemagne) et au Baltic Art Centre de Gateshead (Grande Bretagne). En 2009, Ono reçoit le Lion d’Or à sa carrière lors de la 53e édition de la Biennale de Venise. Sortie de Between My Head and the Sky, le premier album créé par la Plastic Ono Band depuis 1973, auquel participe Sean Lennon.

2010–2013-2014 Pour la première fois depuis de nombreuses années, Yoko Ono réunit les anciens membres de la Plastic Ono Band pour offrir un concert. En 2011–2012, elle reçoit de nombreux prix pour sa carrière, notamment le Hiroshima Art Prize, l’Oskar Kokoschka Prize et le Lifetime Achievement Award à la Biennale de Dublin. Son exposition To the Light est présentée à la Serpentine Gallery à Londres. En 2013, présentation de HALF-A-WIND SHOW, une rétrospective organisée à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, au Kunsthalle Frankfurt, au Louisiana Museum de Humblebaek (Danemark), au Kunsthalle Krems (Autriche) et au Musée Guggenheim Bilbao (Espagne).

Yoko Ono
Portrait, Londres, 2013
Photo: © Kate Garner. Avec l’aimable autorisation de Yoko Ono

YOKO ONO
Tokyo (Japan), 1933

Notice: Undefined index: artist_bio in /expert/wwwvar/vhosts/guggenheim-bilbao.es/subdomains/core/httpdocs/classes/lang.class.php on line 297 artist_bio

Yoko Ono: Half A Wind Show. Rètrospective
OEUVRES

Texte sur papier, verre, cadre en métal, chaîne en métal, loupe, échelle peinte.
Ladder: 183 x 49 x 21 cm, framed text: 64.8 x 56.4 cm
Collection particulière
Photo d’Oded Löbl © Yoko Ono

Chambre 305
Tableau de plafond, tableau du oui (Ceiling Painting, Yes Painting)
1966

En savoir plus

L’objet interactif connu comme “ Tableau de plafond (Ceiling Painting) fut une œuvre marquante, présentée lors de l’exposition consacrée à Ono en 1966 à la galerie Indica de Londres. Le spectateur est mentalement invité à monter en haut d’un escalier blanc où une loupe est suspendue par une chaîne à un cadre placé au plafond. Le spectateur utilise la loupe pour découvrir une “instruction” en lettres majuscules sous le verre encadré, où on peut lire “YES” (OUI).

Publié dans Village Voice, 2 décembre 1971
Collection particulière
© Yoko Ono

Chambre 306
Annonce pour le Musée d’art (du Pet) Moderne [Advertisement for Museum of Modern (F)Art]
1971

En savoir plus

Pour cette pièce éminemment ironique et subversive, Yoko Ono informa de son exposition individuelle au MoMA de New York en passant une annonce dans le journal The Village Voice.
Dans le film, on demande à des passants s’ils ont vu l’exposition de Yoko Ono dans le musée. La plupart répondent quelque chose comme “non, mais j’ai l’intention de le faire”. L’action subversive continue : Ono décrit la soi-disant ouverture, au milieu du jardin du MoMA, d’un récipient rempli de mouches parfumées qui occupent le même volume que son corps. Sur les photographies du livre qui a trait à cette action, on peut voir tous les endroits de New York que visitent les mouches, tels d’importants sites de la scène artistique, parmi lesquels on distingue le studio de Jasper John dans le lower east side. D’une certaine façon, en les convertissant en toile de fond pour présenter son concept, Ono occupe avec cette exposition imaginaire le musée d’art le plus célèbre du monde, dans lequel, jusqu’en 1971, très peu d’expositions individuelles d’artistes femmes, et encore moins d’artistes contemporaines, avaient été organisées, et en plus dans “sa” ville de New York.

Couverture de LP
© Yoko Ono

Chambre 304
Season of Glass
1981

En savoir plus

Depuis toujours intéressée par la musique, Yolo Ono a aussi été une personnalité majeure de la scène musicale. Son père était un magnifique pianiste, bien qu’il ait choisi de se consacrer professionnellement à la banque. Elle se souvient qu’étant enfant, elle écoutait les sons quotidiens et les transformait en notes de musique.

Toshi Ichiyanagi, le premier mari de Ono, était compositeur. Quand ils vécurent à New York à la fin des années 1950, elle connut à travers lui entre autres, beaucoup d’éminents musiciens de l’avant-garde de l’époque, parmi eux John Cage. Elle se produisit avec John Cage lorsque celui-ci visita le Japon en 1962.

En 1969, elle créa la Plastic Ono Band avec John Lennon.

Yoko Ono dans Demi-chambre (Half-A-Room), Lisson Gallery, Londres, 1967
Photo de Clay Perry © Yoko Ono

Chambre 305
Yoko Ono dans Demi-chambre (Half-A-Room)
1967

En savoir plus

Une demi-valise, une demi-radio, un demi-tableau, un demi-radiateur, une demi-chaise, une demi-étagère, une demi-poubelle, une demi-casserole, une demi-théière, un demi-chapeau, une demi-bouilloire, un demi-verre doseur, un demi-sac, un demi-centre de table, une demi-chaussure à talon, une demi-chaussure d’homme, une demi-passoire, une demi-tasse en plastique, une demi-brosse à vaisselle, un demi-ustensile de cuisine, un demi-poudrier, une demi-boite à savon en plastique, un demi-étui à lunettes, un demi-support de globe terrestre, un demi-vase en verre, un demi-verre, un demi-verre, un demi-buffet.
Coupés en deux, peints en blanc

La vie est seulement la moitié d’un jeu.
Les molécules sont toujours sur le point de disparaître et de surgir à demi.
Quelqu’un m’a dit que je devais aussi placer une demi-personne dans le spectacle. Mais nous, nous sommes déjà des moitiés.

“Some notes on the Lisson Gallery Show”, octobre 1967, publié dans Yoko Ono at Lisson: Half-A-Wind Show, cat. expo., (Londres: Lisson Gallery, 1967)

Œuvre découpe (Cut Piece), performance interprétée par Yoko Ono, Carnegie Recital Hall, New York, 1965
Photo de Minoru Niizuma
Courtoisie de Yoko Ono

Chambre 306
Œuvre découpe (Cut Piece)
1964

En savoir plus

Oeuvre découpe.

Cette œuvre a été interprétée à Kyoto, Tokyo, New York et Londres. Yoko Ono en est l’interprète habituelle, arrive sur la scène, s’assoit, pose une paire de ciseaux devant elle et demande aux spectateurs de monter un par un sur la scène, de couper un morceau de son vêtement (où ils le désirent) et de l’emporter. L’interprète, cependant, ne doit pas être forcément une femme.

CUT PIECE (OEUVRE DÉCOUPE):

Première version pour un seul interprète :

L’interprète s’assoit sur la scène et une paire de ciseaux devant lui.
On informe les spectateurs qu’ils peuvent monter sur la scène, un par un, pour couper un morceau de vêtement de l’interprète et de l’emporter L’interprète reste immobile pendant toute la durée de l’interprétation.
La pièce se termine lorsque l’interprète le décide.

Seconde version pour le public :

On informe les spectateurs qu’ils peuvent couper les vêtements des autres spectateurs.
L’œuvre dure tant que les spectateurs en ont envie.

Yoko Ono, “Strip-Tease Show”, 1966 (anglais)

Oeuvre ciel pour Jésus Christ (Sky Piece to Jesus Christ), interprétée par Yoko Ono, Carnegie Recital Hall, New York, 1965
Photographie de Peter Moore
© Barbara Moore/Avec l’autorisation de VAGA, NY

Chambre 306
Œuvre ciel pour Jésus-Christ (Sky Piece to Jesus Christ)
1965

En savoir plus

Dans la performance Œuvre ciel pour Jésus Christ (Sky Piece to Jesus Christ), les membres d’un orchestre sont peu à peu enveloppés de bandes de gaze pendant un concert, se voyant contraints d’arrêter de jouer de leur instrument. Le titre ne fait pas allusion à des personnages chrétiens mais à John Cage, dont la réputation d’avant-garde était telle dans les cercles musicaux qu’on le connaissait sous le nom de “Jésus”. Pour Ono, le ciel est le paradigme de la liberté, contrairement aux liens intérieurs et extérieurs qui apparaissent dans la performance. Ici, durant la première représentation de la performance, en 1965.

Yoko Ono: Half A Wind Show. Rètrospective
ACTIVITÉS


PERFORMANCES DE YOKO ONO (entrées épuisées)

Yoko Ono présentera le 12 mars prochain au Musée Guggenheim Bilbao trois performances.

L’événement aura lieu dans le cadre de l’exposition consacrée à l’artiste que le Musée inaugurera le 14 mars.

À l’occasion de la célébration de la grande rétrospective, Yoko Ono. Half-A-Wind Show, le Musée Guggenheim Bilbao accueillera le 12 mars prochain à 18h30, deux performances historiques de l’artiste : Œuvre ciel pour Jésus Christ (Sky Piece to Jesus Christ) et Œuvre promesse (Promise Piece), ainsi qu’une nouvelle version de sa récente Action Painting, spécialement créée pour le Musée Guggenheim Bilbao.

Lieu :
Auditorium du Musée. Durée: 35 min.
Entrées :
12 € Amis du Musée et 15 € Public en général.

Entrées disponibles aux guichets du Musée et sur le site web.



PERSONNEL D’ORIENTATION DANS LES SALLES

Plusieurs des œuvres de Yoko Ono requièrent la participation du public. Ainsi, tous les jours de 11 à 14 h, jusqu’au 29 juin, le personnel d’orientation du Musée animera certaines pièces. Ces animateurs, localisables entre les salles classiques [œuvres Œuvre eau (Water Piece) ou Jeu d’échecs blanc (White Chess Set)], sur le balcon au-dessus de l’Atrium L’Arbre à souhaits (Wish Tree) ou dans la galerie 303 Téléphone dans un labyrinthe (Telephone in Maze) et dans le couloir de la salle 303 Touchez moi (Touch Me) ou Souvenirs de grillons (Cricket Memories), vous donneront des informations sur l’artiste et son œuvre.



RÉFLEXIONS PARTAGÉES

Découvrez les œuvres les plus représentatives, les dessous du montage et autres curiosités dans ces visites guidées par des professionnels du Musée.

POINT DE VUE DU COMMISSAIRE Yoko Ono. Half-A-Wind Show. Rétrospective

Álvaro Rodríguez Fominaya, Commissaire du Solomon R. Guggenheim Museum.

CONCEPTS CLÉ Yoko Ono. Half-A-Wind Show. Rétrospective

Marta Arzak, Sous-directrice du Dépt. Éducation et Interprétation.

Point de rencontre. Guichet d’Information, 18h30. Réservation préalable indispensable sur le site web. Minimum 8 personnes, maximum 20.

*Sous le mécénat de la Fondation Vizcaína Aguirre.



SÉANCES CRÉATIVES POUR ADULTES: ACTIVEZ VOTRE ESPRIT

Participez à une série d’ateliers en hommage à Yoko Ono. Chaque action s’inspire d’un mot clé pour l’artiste. Consultez le site web du Musée pour plus d’informations sur chaque atelier.

*Animés par l’artiste MawatreS

Imagine

Suivez les instructions ! Atelier inspiré du livre Pamplemousse de Yoko Ono, dans lequel des instructions écrites donnent naissance à des œuvres d’art.

Dream

L’image en mouvement ! Atelier de photographie et de vidéo sur le thème du corps humain.

Fly

Drapeaux au vent ! Atelier dans lequel des objets de la vie quotidienne se métamorphosent et lancent des messages au monde.

Lieu et heure :
Nouveaux espaces éducatifs et Zero Espazioa, de 18 à 20 h.
Entrées :
Disponibles exclusivement sur le site web à partir du 8 avril. 12 € Amis du Musée et 15 € Public en général. À partir de 18 ans. Minimum 10 personnes par groupe, maximum 15.

Yoko Ono: Half A Wind Show. Rètrospective
LE SAVIEZ-VOUS ... ?

Un espace pédagogique créé en complément de l’exposition se penche sur Yoko Ono comme artiste fondamentale et approfondit, à travers des textes, des images et des vidéos, certaines idées clé de sa production artistique comme les instructions, la performance, l’activisme ou la participation. L’espace occupera le couloir qui va vers l’administration ; le catalogue de l’exposition (en espagnol et en anglais) pourra être consulté dans la zone du balcon au-dessus de la galerie 208.